Actualités

Publie sur mai 3rd, 2016 | Par admincgt

0

Production de films d’animation

Avenant à la Convention de la production de films d’animation

 

Le Conseil national du SPIAC-cgt devant l’inquiétude suscitée par l’avenant à la Convention négocié dans le cadre de la Commission Mixte Paritaire des films d’animation, tient à préciser les points suivants :

 

  • Un avenant est déposé et soumis à la signature des partenaires sociaux dont tous les syndicats des salariés du secteur avec une date limite fixée au 20 mai 2016.
  • Comme le prévoit les statuts de notre organisation, seuls les adhérents sont habilités à déterminer la position du syndicat après consultation de la profession.
  • Le SPIAC-cgt a organisé de multiples débats publics avec les Professionnels du film d’animation.
  • Devant l’émoi provoqué parmi les étudiants du film d’animation, le Conseil national du SPIAC-cgt a accepté de recevoir une délégation de l’Association des étudiants et proposé une date de rencontre avant la prise de décision de ses Adhérents.

 

Il semblerait que cette proposition de dialogue qui aurait pu aboutir sur l’organisation d’un débat serein entre des professionnels en activité et des professionnels en devenir, avant de juger de l’opportunité de la signature ou pas de cet avenant, ne satisfait pas ceux qui ont choisi une stratégie de tension avec notre organisation.

Devant cette situation, le Conseil national du SPIAC-cgt reporte l’A.G. et la décision de signature ou de non-signature à une date ultérieure.

Nous organiserons un débat public dans un délai raisonnable qui permettra à tout un chacun de décrypter le texte de cet avenant à la lumière des réalités professionnelles.

Nous saisirons le Syndicat des Producteurs de Films d’Animation pour reporter la mise à la signature du texte.

Nous rencontrerons une délégation des étudiants de l’animation le 4 mai 2016 et les appelons à prendre contact avec notre organisation.

En tout état de cause, la signature ou la non-signature de notre syndicat appartient à ses seuls adhérents et comme nous le faisons dans tous les secteurs nous restons ouverts au débat et à la confrontation d’idées.

L’opposition entre professionnels en activité et professionnels en devenir serait ce qu’il y a de pire pour les uns et les autres. Aussi, nous appelons à un débat apaisé où le « tous ensemble » est vital pour tous.

Nous rappelons également et pour conclure que la question des coûts de formation dans les écoles d’animation, autour des centres publics de formation, est un débat essentiel auquel nous souhaitons nous atteler avec l’ensemble des étudiants des écoles et les responsables de la formation.

Paris, le 3 mai 2016.

 


A propos de l'auteur



Pas de commentaires

Retour en haut ↑