Audiovisuel, ils veulent en découdre avec les salaires

Actualités

Communiqué du Conseil national

Communiqué du Spiac-cgt, le 19 juin 2019

Production audiovisuelle la baisse des rémunérations une volonté acharnée des Producteurs.

Le 18 juin dernier se déroulait la Négociation Annuelle Obligatoire portant sur les salaires de la production audiovisuelle et, pour la énième fois, les organisations syndicales de producteurs ont décidé de mettre à la diète l’ensemble des salarié.e.s de la filière à l’exception des salarié.e.s permanents pour lesquel.le.s une revalorisation de 2 % est proposée.

Pour les intermittents la proposition est de… 0 % !

La baisse continue des rémunérations des technicien.ne.s de la production audiovisuelle conduit à un perte de pouvoirs d’achats de 12% en 10 ans ! Les salaires n’ayant pas suivi l’inflation…

S’agissant des salarié.e.s permanent.e.s des sociétés de production, nous partions de très bas pour les rémunérations en 2007 et ils ont subi comme leurs collègues intermittents l’érosion due à l’augmentation du coût de la vie.

Cette situation n’est plus acceptable car elle conduit à rendre difficilement rattrapable le retard accumulé et remet en cause les savoir-faire des professionnel.le.s de l’ensemble de la filière.

Nous sommes prêts à examiner l’hypothèse d’un calendrier de rattrapage des rémunérations à deux ou trois ans.

En aucun cas, nous ne pouvons nous satisfaire de l’érosion continue des rémunérations dans l’audiovisuel quand la production cinématographique, en dépit d’un contexte économique difficile, parvient à faire mieux.

Le 9 juillet une prochaine réunion de négociation aura lieu, nous vous invitons à peser avec nous d’abord en signant massivement la pétition en ligne pour la revalorisation des salaires : https://forms.gle/EhdhKaoD1tNTCNEE7

Nous n’excluons pas de réunir dans les meilleurs délais le Conseil national pour décider de moyens d’actions dans la production audiovisuelle dans les jours qui viennent. Nous exigeons une revalorisation de 3 % de l’ensemble des rémunérations et un calendrier de rattrapage progressif des salaires.

Paris, le 19 juin 2019

Aller à la barre d’outils