Décidément, la Cour des comptes n’aime pas le cinéma