Enfin, nous faire entendre

C‘est plus que jamais le moment de nous faire entendre !

Avant 1999, il n’y avait rien ! 

Enfin, il n’y avait pas de convention collection collective dans l’audiovisuel et chacun devait discuter son salaire avec une mise en concurrence permanente et la menace de trouver un technicien qui accepterait les conditions les plus basses. La convention collective a mis fin, très largement, à cela, avec un salaire minimum et des conditions applicables nationalement (horaires, congés, jours fériés…) 

C’est l’engagement décisif des techniciens et réalisateurs – plusieurs journées de grève dans le téléfilm en 1999 – qui a obligé les producteurs à négocier et permis cette avancée dans les droits.

Aujourd’hui, ces droits ne doivent pas être vidés de leur substance – comme c’est le cas pour les droits au chômage et à la formation. Les salaires baissent de fait, car ils ne rattrapent pas le coût des augmentations de la vie courante, chacun se bat dans son coin pour le paiement des heures supplémentaires, les conditions de tournage imposées nous épuisent…

Nous devons être là tous ensemble pour empêcher que ce qui a été acquis (de haute lutte) ne soit qu’un souvenir sur un papier. 

Nous sommes nombreux à travailler en ce moment, c’est l’occasion où jamais de nous faire respecter, et de nous faire entendre.

Signez, faites signer la pétition : https://spiac-cgt.org/production-audiovisuelle-vers-la-greve/

Aller à la barre d’outils