MEDIAPRO : VERS UN NOUVEAU SCANDALE ? Appel à mobilisations et à actions sur tout le territoire.

Actualités

MEDIAPRO - Final

 

MEDIAPRO : VERS UN NOUVEAU SCANDALE ?

Appel à mobilisations et à actions sur tout le territoire.

 

Le 18 mars dernier, l’ensemble des salariés permanents de MEDIAPRO apprenait de la direction la mise en place d’un plan de licenciement – un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) en novlangue – visant la totalité des salariés en CDI, à l’exception du Directeur Général Délégué, soit 85 salariés.

Après le scandale hivernal de MEDIAPRO avec la Ligue de Football Professionnel –  par ailleurs plus soucieuse de liquidités à court terme que de défendre les intérêts du sport qu’elle représente – ayant conduit à divers plans de licenciements – des salariés de club jusqu’aux journalistes et techniciens de la chaîne TELEFOOT – MEDIAPRO poursuit dans son outrance à travers la mise en place d’un PSE pour l’ensemble des salariés permanents de l’entreprise.

Il est proprement SCANDALEUX que MEDIAPRO impose à ses salariés un plan social au rabais, décidé unilatéralement par une direction pilotée depuis l’Espagne et sans aucune forme de négociation avec les organisations syndicales représentatives dans l’entreprise.

Il est proprement SCANDALEUX que les salariés soient soumis à un PSE bloqué au minimum légal quand on apprend dans le même temps que MEDIAPRO achète, en février 2021, les droits des compétitions nord-américaines ; quand on apprend que le PDG de MEDIAPRO, James ROURES, aurait personnellement donné 30 millions d’euros au Président du FC Barcelone afin d’assurer sa réélection à la tête du Club.

NON ! Les salariés de MEDIAPRO ne feront pas les frais des errements de cette direction et ne se contenteront pas de « clopinettes » au regard de la puissance financière de MEDIAPRO qui, rappelons-le, est majoritairement détenue par un fond d’investissement chinois.

Nous ne laisserons pas les caprices de MEDIAPRO et de sa direction mettre 85 salariés au chômage sans contreparties conséquentes en faveur des salariés. C’est pourquoi nous devons mettre MEDIAPRO en face de ses responsabilités et exiger l’ouverture d’une négociation du PSE.

En conséquence, nous appelons tous les salariés concernés, et au-delà, à se mobiliser et à se coordonner, en prenant notamment attache avec le SPIAC-CGT et le SNRT-CGT, afin d’envisager toute action utile pour contraindre la direction à ouvrir des négociations relatives au PSE.

Par ailleurs, nous interpellons les Pouvoirs publics, et en premier lieu le Ministère du Travail, qui ne peuvent décemment pas homologuer un tel plan de sauvegarde de l’emploi, sans contreparties forte en direction des salariés. Ce serait là une véritable forfaiture, compte tenu notamment de la santé économique de l’ensemble du groupe, mais également au regard d’un certain nombre d’entreprises qui subissent, réellement, le coût de la crise sanitaire. La responsabilité des pouvoirs publics est d’ores et déjà engagée ! L’Etat français se laissera-t-il humilier une nouvelle fois par le groupe MEDIAPRO et sa direction ? Nous veillerons et travaillerons par tous moyens pour que cela n’arrive pas !

Nous appelons tous les salariés du groupe MEDIAPRO, CDI et intermittents, a d’ores et déjà se mobiliser et à se mettre en grève en n’assurant plus les prestations que MEDIAPRO doit encore capter tant que des négociations, réelles, n’auront pas été initiées  avec les organisations représentatives de l’entreprise. Nous nous tenons à la disposition de toutes et tous.

 

Paris, le 25 mars 2021

Aller à la barre d’outils