PARCE QUE NOUS VOULONS VIVRE DE NOS METIERS (version mise à jour)

Version mise à jour du Communiqué du 21 octobre

Production audiovisuelle, la consternation

 

Hier soir, 20 octobre, se tenait la première séance de négociation des salaires dans la production audiovisuelle.

Alors qu’un front syndical se rassemble pour exiger de meilleures rémunérations (la perte cumulée des rémunérations se situe autour de 11 % depuis 2007) et des conditions de travail améliorées, les propositions patronales sont les suivantes :

  • Syndicat des Producteurs Indépendants (SPI) et Syndicat des Agences de Presse Audiovisuelles (SATEV) proposent « généreusement » 0,5 % pour les cadres et 1 % pour les non-cadres…
  • L’Union Syndicales des Producteurs Audiovisuels (USPA) et le Syndicat des Producteurs et Créateurs de Programmes Audiovisuels (SPECT) eux ne mettent rien sur la table et renvoient à une discussion sur différentes fonctions qui pourraient être revalorisées.

Autant dire que nous sommes loin du compte avec une perte des rémunérations supérieures à 10 %, et une augmentation du coût de la vie chiffrée à 2,20 % sur les douze derniers mois.

Notre organisation a fait la demande expresse d’une nouvelle séquence de négociations. Celle-ci aura lieu le 19 novembre prochain.

Bien entendu, nous n’allons pas rester les bras croisés d’ici ce prochain rendez-vous. !!

 

Vous avez été d’ores et déjà très nombreux à nous manifester votre soutien mais il va falloir aller plus loin encore dans la riposte.

A l’instar du mouvement conduit outre-Atlantique, nous envisageons de vous consulter, dans les jours qui viennent, pour décider ensemble de lancer un mouvement de grève d’ampleur pour que cesse la dévalorisation de nos métiers, à laquelle s’ajoutent des conditions de travail de plus en plus éprouvantes.

 

Nous multiplierons, dans les prochains jours, les rencontres avec les Associations professionnelles, avec chacun d’entre vous, pour envisager la construction d’un front uni pour exiger et obtenir des rémunérations conformes à l’exigence et au professionnalisme de nos fonctions. Sur les plateaux, dans les studios, le débat doit avoir lieu, ensemble, nous pouvons y parvenir (nous tenons à votre disposition différents supports d’information)

Nous devons nous unir et rassembler toutes nos forces avec les organisations et les salarié.e.s de nos secteurs, soucieux de construire avec nous le rassemblement nécessaire.

 

Les aumônes, le mépris, cela suffit !!

Parce que nous voulons vivre de nos métiers !

 

 

Paris, le 21 octobre 2021, le Conseil national du SPIAC

 

 

Vous souhaitez rejoindre notre organisation : https://spiac-cgt.org/adhesion-en-ligne/

Nous joindre : 07 69 06 04 28, nous écrire : dg@spiac-cgt.org, dga@spiac-cgt.org.

 

”20211022
”]

Aller à la barre d’outils