C’est le 21 septembre, c’est toujours les Ordonnances et la Loi travail XXL

Loi travail XXL et politique sociale, nouvelle journée de grève et d’actions le 21 septembre

 

A grands coups d’Ordonnances, voire de décisions prises sans concertation, le Gouvernement aménage ce que sera notre vie de demain. Et déjà les premières mesures annoncent des régressions sociales d’importance.

Il y a bien entendu la Loi travail XXL qui sous prétexte de créer des emplois, de relancer le « marché » de l’emploi comme ils disent, aura pour conséquence de rendre les emplois existants plus précaires.

Mais au-delà les annonces faites, parfois époustouflantes de bêtises « pour chaque nouvelle norme créée, il faut supprimer deux normes… ce n’est qu’un exemple », les mesures vont toutes dans le sens d’une régression pour les salarié(e)s, les retraité(e)s, et vers plus de précarité sociale : hausse des loyers, baisse de l’APL, suppression des emplois aidés…

Nos secteurs ne seront pas épargnés : baisse des crédits de France Télévision, réforme de l’assurance-chômage etc. Les premières mesures donnent le « la ».

La journée du 12 a marqué le début d’une large mobilisation contre la Loi travail, mais le mouvement doit être amplifiée pour avoir quelques chances de faire reculer ceux qui veulent mettre à mal notre modèle social déjà très ébranlé.

Une nouvelle journée d’actions est prévue le 21 septembre prochain, des préavis de grève ont été déposés.

Une fois encore, toutes les formes d’actions sont les bienvenues. Les équipes en tournage peuvent s’associer à cette journée en nous adressant pétitions, messages, photographies d’équipes etc.

Le jeudi 21 septembre, la Fédération et ses syndicats appellent à la grève :

Pour l’Ile de France, départ commun CGT Culture-FILPAC-SNJ et Spectacle,
face au 51 Boulevard du Montparnasse, derrière le ballon de l’UD 75 rendez-vous à 14h

 

  • Contre la casse du Code du travail, de nos conventions collectives, la précarisation
  • Pour l’emploi, la politique culturelle, et pour vivre de nos métiers ! 

 

Appel à diffuser largement

Loi travail XXL et politique sociale

 

 

Tribune : A. Perez, chef monteuse


Tribune

A. Perez, chef monteuse


Les élections TPE (Très Petites Entreprises) ont un véritable enjeu au niveau national bien sûr mais également dans notre secteur. Nous sommes invités à exprimer notre soutien au syndicat qui nous correspond le mieux. Il faut être conscient de l’importance de ce choix dans notre vie quotidienne de salarié.

Nous avons des droits sociaux, ces droits ne nous ont pas été octroyés, ils ont été acquis au fil des années grâce à l’action syndicale et constituent une protection cohérente qui nous permet de vivre de nos métiers. La CGT SPECTACLE a constamment été l’initiatrice et le moteur de cette construction.

coordonnéesJ’ai longtemps été adhérente, militante et élue au SNTR CGT (devenu le SPIAC cgt). Ce syndicat a toujours été et est toujours à la CGT, avec et dans la fédération CGT SPECTACLE qui depuis 108 ans partage l’histoire du cinéma et du spectacle vivant et de celles et ceux qui les font, les fabriquent.

Il faut connaître un peu l’histoire :

La CGT SPECTACLE, riche de ses syndicats représentants toutes les catégories des salariés du spectacle vivant, du cinéma et de l’audiovisuel (artistes interprètes musiciens, acteurs, réalisateurs, ouvriers, techniciens – permanents et intermittents) a pu obtenir que nos droits sociaux tiennent compte du caractère particulier de nos contrats de travail : salariés intermittents à employeurs multiples.
C’est grâce à son combat que nous avons des droits adaptés à notre situation de salariés à contrat à durée déterminée dits d’usage (CDDU). Voir nos droits à la formation continue AFDAS, nos caisses de retraites etc.

Prenons à titre d’exemple les Assedic – les annexes 8 et 10 qui réglementent nos droits à l’indemnisation du chômage.

Tous les 3 ou 4 ans ces droits sont remis en cause par le MEDEF et hélas par ses alliés qui sont pourtant des syndicats de salariés. La lutte est toujours menée principalement par la CGT SPECTACLE et ses syndicats dont le SPIAC CGT. Au printemps dernier la CGT, avec l’apport actif de la CIP (Coordination des Intermittents et Précaires) et le soutien de FO ont permis de conserver le maintien des annexes 8 et 10 dans le régime interprofessionnel avec la prise en compte de notre spécificité.

La CFDT au niveau national continue aujourd’hui à faire obstacle à l’application des nouvelles annexes !

Le syndicat des techniciens autonome (SNTPCT) est peu visible, peu actif sur ce point… En revanche ce même syndicat a intenté un procès contre l’accord de salaires de la production audiovisuelle, son action juridique qui a duré prés de 15 ans a permis de casser la convention collective de l’audiovisuel. Il était opposé à l’existence de 2 niveaux de salaires au nom du principe : « A travail égal, salaire égal ». Cette convention avait été le résultat d’une lutte et de négociations, les signataires regrettaient aussi l’existence de deux niveaux de salaires mais préféraient « ce compromis » pour mettre fin au vide juridique et à la foire aux salaires qui régnaient.

Ainsi nous nous retrouvons dans un vide juridique qui nous fragilise. La politique adoptée par ce syndicat profite ainsi à nos employeurs.

Pourtant ce même syndicat a signé avec la CGT la convention collective de la production cinématographique qui permet 3 niveaux de salaires en fonction du budget du film ! De plus aujourd’hui dans l’audiovisuel il demande des salaires différents suivant « le genre » des productions sur lesquelles nous sommes amenés à travailler : ce syndicat propose de réserver les meilleurs salaires à la seule fiction, au détriment de tout “le reste”.

Ce qui est à l’œuvre dans ces propositions c’est un corporatisme étroit, étriqué qui tend à classer les salariés en différentes catégories : les « nobles » ceux qui travaillent sur des fictions pour la télévision et le « tiers état » pour les autres qui travaillent dans le flux.

Quant au documentaire il n’est même pas cité …

C’est à croire que c’est un genre honteux, pratiqué par des techniciens de moindre compétence ? Où est donc passé le principe « À travail égal, salaire égal » ? Comment un syndicat peut-il à ce point se contredire ? Comment ont ils pu oser faire casser la convention collective de l’audiovisuel et priver les salariés, dont ceux qu’ils représentent, de cette protection ?

Je ne comprends pas les syndiqués du SNTPCT, j’en connais, je n’arrive pas à saisir comment ils se retrouvent dans de telles contradictions. Au SPIAC Cgt nous préférons que les droits et salaires soient définis en fonction du métier exercé par les salariés – techniciens et ouvriers.

Je constate que dans notre secteur la CGT, donc le SPIAC, prend en charge les intérêts des salariés – de tous les salariés – sans esprit de caste, ni mépris. C’est ce que doit être un syndicat, c’est même son objet premier. Que vous soyez syndiqués ou pas, vous êtes à même de savoir et de vérifier qui défend nos intérêts dans la pratique. Nous travaillons dans le cinéma et à la télévision nous savons voir, nous savons construire un film, un récit, nous sommes aptes à comprendre notre réalité quotidienne.

Ce qui nous attend au niveau national va demander lucidité, courage. Il faut choisir son camp et voter aux élections des TPE pour ceux qui sont à nos côtés même si les luttes sont imparfaites. Dans son orientation et ses positions la CGT au niveau national et dans notre secteur reste le seul syndicat cohérent et combatif. J’ai eu aussi des désaccords, des déceptions mais sur les axes essentiels de sa politique je suis confiante.

Oui il faut choisir son camp pour continuer à avoir des droits sociaux et mener les prochains combats.

Cordialement
A Perez
Chef monteuse


Élections TPE jusqu’au 13 janvier


ÉLECTIONS TPE

Nos luttes ont construit nos droits.
Nos résignations les détruiraient.
Votons CGT maintenant (cliquer pour voter)

En votant CGT, vous votez en même temps pour la représentation du Syndicat des Professionnels des Industries de l’Audiovisuel et du Cinéma – CGT, de la Fédération du Spectacle CGT et de la CGT interprofessionnelle.
Voter SPIAC-CGT, c’est voter pour le seul syndicat de techniciens, ouvriers et personnels administratifs dans le secteur du Cinéma, de l’Audiovisuel et de l’Animation qui négocie à la fois les conventions collectives et l’Annexe 8 de l’Assurance chômage à travers la Fédération du Spectacle CGT.
Nous agissons au quotidien dans l’unité avec les syndicats de réalisateurs, de comédiens et de musiciens, sans corporatisme ni dogmatisme. Cette unité, dans le cadre de la Fédération du Spectacle CGT, est une garantie d’efficacité, notamment pour les droits des intermittents en matière d’assurance chômage, de conventions collectives et de formation permanente.

La lutte pour nos droits est plus que jamais d’actualité

  • dans le secteur de la production cinématographique, la réforme du barème d’agrément CNC censée permettre une relocalisation des films en France suscite critiques et interrogations, et nécessite aujourd’hui encore des ajustements avant toute mise en œuvre ;
  • toujours dans le secteur de la production cinématographique, nous sommes en ce moment même en procès contre les producteurs de cinéma qui abusent de leur pouvoir en commission de dérogation en attribuant des dérogations Annexe 3 comme bon leur semble, sans tenir compte du vote du collège salarié. De même, nous menons bataille avec les professionnels concernés pour mettre les listes et les définitions de fonction de la convention en adéquation avec nos pratiques de travail ;
  • dans le secteur de la production audiovisuelle, il faudra ni plus ni moins renégocier toute la grille des salaires de la Convention de la production audiovisuelle suite à son annulation devant la Cour d’Appel de Paris saisie par le SNTPCT, un syndicat autonome du secteur, pourtant censé représenter les salariés… (voir ICI notre article sur la motion opportuniste et malhonnête circulant en ce moment même dans l’Audiovisuel) ;
  • dans le secteur du Film d’Animation nous avons vu une mobilisation sans précédent des professionnels et des étudiants qui ont su s’emparer massivement des négociations de la convention de l’Animation. Cette mobilisation inédite nous a permis de refuser une signature dans l’état des lieux où en étaient les négociations au printemps 2016. Nous continuons d’améliorer les conditions et avons obtenu des avancées sur les salaires. Nous sommes également toujours en discussion sur les statuts d’assistants et de juniors. Nous encourageons également la profession à se mobiliser à nouveau si nous n’aboutissons pas prochainement à des négociations satisfaisantes pour les salariés.
  • dans le secteur de la Prestation Technique, l’application récente par Pôle Emploi de la certification sociale des entreprises entraine l’exclusion de très nombreux salarié(e)s de l’annexe des techniciens du Spectacle (Annexe 8). Cette certification signée par plusieurs syndicats et principalement portée par la F3C-CFDT, qui en est à l’initiative et qui préside sa commission, a pour effet de comptabiliser les heures des techniciens au régime général de l’Assurance chômage lorsqu’ils travaillent pour une entreprise non-certifiée. La CGT étant le seul syndicat à dénoncer ce dispositif, nous avons obtenu la mise en place d’un moratoire le suspendant en partie, ce qui permet de faire valoir à l’annexe 8 les heures faites pour le compte d’une entreprise non-certifiée. Pour autant, en cas de nouvelle absence de certification, les heures des techniciens seront comptabilisées au régime général ;
    [alert type=”red”]

    À ce jour, beaucoup de salariés, notamment dans le secteur des VFX, nous ont contactés parce ce que leurs dossiers étaient bloqués. Nous avons bien entendu transmis ces dossiers au médiateur de Pôle Emploi et 100% de ces cas se sont résolus, à savoir une quarantaine environ. Tant que le problème ne sera pas pris en compte dans la globalité, la CGT, seul syndicat à ne pas avoir signé la Certification Sociale, interviendra au cas par cas pour aider les salariés.

    [/alert]

  • dans toute la branche Culture, des négociations vont s’ouvrir suite à l’imposition par deux 49.3 successifs à l’Assemblée Nationale de la Loi Travail, appelée aussi Loi El Khomri, encore une fois largement soutenue par la CFDT et laissant entrevoir une course à l’entreprise qui saura “convaincre” le syndicat le moins disant, touchant tous les salariés, permanents comme intermittents.

Comment VOTER aux élections TPE ?

Les salariés ayant travaillé dans une Très Petite Entreprise en décembre 2015 ont normalement reçu un courrier où se trouvaient la liste des syndicats pour lesquels il est possible de voter, ainsi que deux feuilles donnant toutes les informations personnelles permettant de voter en ligne ou par courrier. (vous trouverez en bas de l’article les feuilles types).

Une fois muni de vos informations personnelles, il est donc possible de voter par courrier ou tout simplement de voter par Internet en moins de deux minutes à cette adresse : https://vote-election-tpe.travail.gouv.fr/pages/identification.htm

Votons CGT
Votons CGT Spectacle
Votons SPIAC-CGT
(cliquer pour voter)



Exemple type des feuilles contenant les informations personnelles :

[gview file=”http://spiac-cgt.org/wp-content/uploads/2017/01/Courrier_TPE.pdf”]

Le SPIAC et les syndicats de la CGT-Spectacle à travers la France – MàJ 23/11/2016 –

Réunions d’information ouvertes à Toutes et Tous : cinéma, audiovisuel, animation, prestation technique, spectacle vivant, techniciens et artistes …

Le SPIAC-CGT et d’autres syndicats de la Fédérations du Spectacle CGT organisent des réunions d’information à Toulouse, Bordeaux, Angoulême, Nantes, Marseille et Montreuil dans les prochaines semaines.

N’hésitez pas à faire circuler autour de vous, ces réunions sont ouvertes à tous les salariés techniciens et/ou artistes travaillant dans les secteurs du cinéma, de l’audiovisuel, de l’animation, de la prestation technique et du spectacle vivant.

AU PROGRAMME :


Comprendre le nouvel accord assurance chômage pour les artistes et les techniciens intermittents du spectacle

Quelle actualité des luttes sociales ?

Comment être représentés face au Medef et à leurs alliés?

 

Ci-dessous les dates et lieux des rencontres des réunions organisées à ce jour :

rencontres-toulouse

 

 

À TOULOUSE,

Le 15 novembre 2016 à partir de 15h30, Bourse du travail de Toulouse, 19 place Saint-Sernin, salle 103.

 


rencontres-bordeaux

 

À BORDEAUX,

Le 16 novembre 2016 à partir de 17h30, Bourse du Travail de Bordeaux, 44 cours Aristide BRIAND, salle Julien RUIZ.

 

 


Angoulême

 

À ANGOULÊME,

Le 17 novembre 2016, à partir de 18h30, Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image de Angoulême, 121 rue de Bordeaux, salle GOSCINNY.

À noter qu’en plus du programme Annexe 8&10 et TPE, il y a aura un point sur les négociations de la convention collective de la production de films d’animation.

 


lieu-unique-nantes

 

Fédération du Spectacle CGT (FNSAC-CGT) à NANTES,

Le 21 novembre 2016, à partir de 18h au Lieu Unique, 2 Quai Ferdinand Favre.

 

 


À MARSEILLE,

Le 24 novembre 2016 à partir de 19h, Bourse du Travail de Marseille, 23 boulevard Charles NÉDÉLEC, salle Salvador ALLENDE .

 


angers

 

Fédération du Spectacle CGT (FNSAC-CGT) à ANGERS,

Le 28 novembre 2016, de 16h à 18h à la Bourse du travail, 14 Place Louis Imbach.

 

 


montreuil

 

 

À MONTREUIL,

Le 28 novembre 2016 à partir de 19h, Union Local CGT de Montreuil, 24 rue de Paris.

 

 


lyon

 

 

Fédération du Spectacle CGT (FNSAC-CGT) à LYON,

Le 2 décembre 2016, de 10h30 à 13h30 au Comité Régional CGT, 112 rue Ney.

 

 


Vous trouverez les autres syndicats affiliés à la CGT-Spectacle dans notre rubrique “Liens Utiles“.